Y A-T-IL DES REGLES EN ART ?

Ci-dessus, film sur Le Corbusier

et le reste de la série Architectures, en cliquant ICI.

Extrait d’un spectacle de la chorégraphe belge Anne Teresa de Keersmaeker sur un fameux thème de jazz « a love supreme » : tous les solos de danse sont improvisés, les danseurs doivent donc, pour improviser, être à la fois attentifs à la musique sur laquelle ils dansent, et sur laquelle les musiciens improvisent eux-mêmes, et être attentifs aux autres danseurs, ils doivent se regarder et s’écouter pour pouvoir également improviser des duos. En musique comme en danse ou en théâtre, on improvise à partir d’un motif central que tout le monde connaît ; il existe des parties écrites d’avance, et d’autres sont laissées à l’improvisation, mais on n’improvise jamais en dehors d’un cadre précis et déterminé à l’avance.

Autre exemple d’une forme d’improvisation en peinture : les drippings de Pollock. Pollock peignait de manière non traditionnelle : au sol et non sur un chevalet, il jetait la peinture sur la toile dans une sorte de danse aléatoire et incantatoire. On a appelé ce geste du peintre le dripping : technique dans laquelle la peinture est projetée par un bâton trempé de peinture de manière contrôlée sur une toile posée à même le sol. Il y a une dimension d’improvisation dans cette manière de peindre : hasard des couleurs sui coulent, s’entremêlent et se superposent, mais en même temps, cette manière spécifique de peindre est réglée, contrôlée et non totalement hasardeuse.

Extrait de Mon blog philo

Voir aussi : Cyprien Katsaris - Improvisation

La boîte à musique, Jean-François Zygel (2008)

Unknown.png

Le meilleur du spectacle vivant,

comme si vous y étiez...

Logo_Louvre_imagefull.jpg

Les oeuvres à la loupe